Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons"

Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons" et merci pour vos nombreuses visites venues de tous les coins du monde.
BRUXELLES D'ANTAN, D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN
De coups de cœur en coups de gueule...l'histoire, le patrimoine, les anecdotes insolites, les petits secrets, les découvertes, les curiosités, les grands projets et les actualités qui rendent notre ville vivante, passionnante et attachante mais aussi parfois complètement surréaliste.

jeudi 3 janvier 2013

Paul Cauchie...une oeuvre qui a bien failli disparaître



Apprécié de son temps...
Délaissé trop longtemps...

Durant de nombreuses années, certains des trésors du patrimoine bruxellois ont été négligés, détériorés...voire carrément détruits, dans une indifférence sacrilège.
De sinistre mémoire, on se souvient du tragique exemple  de "La Maison du Peuple" (Horta) qui, malgré des protestations internationales, a disparu du paysage bruxellois dans un nuage de poussière, du fait de la totale inconscience des responsables politiques de l'époque.
Même si les mentalités ont bien évolué, ce sont encore trop souvent des initiatives privées qui doivent se mobiliser pour les sauver du désastre.
Ce fut aussi le cas pour la Maison Cauchie...


Maison Cauchie - Bruxelles
Le talent et l'œuvre de l'architecte, peintre et décorateur Paul Cauchie (1875-1952) sont aujourd'hui mondialement connus au travers des quelque 600 sgraffites qu'il a réalisés et qui ont marqué de son sceau artistique la période "Art Nouveau".
En 1905, peu après son mariage avec l'artiste-peintre Caroline Voet  (surnommée Lina), Paul Cauchie réalise le rève de tout architecte:  faire construire sa propre maison. 
Conçue pour accueillir,  tout à la fois, leur habitation  et leurs ateliers respectifs (où ils donnent des cours privé d'art appliqué), le jeune couple en fait aussi la vitrine-show room de leurs talents.
Si elle est aujourd'hui considérée comme l'un des plus beaux témoignages de la période "Art Nouveau" à Bruxelles, elle a vécu une sombre période d'indifférence générale.

Maison Cauchie - Bruxelles
Une oeuvre qui a bien failli disparaître à tout jamais…
Paul Cauchie décède en 1952 et son épouse le rejoint au paradis des artistes dix-sept ans plus tard.
La maison est laissée à l'abandon et pas grand monde ne s'y intéresse.
Manquant singulièrement de clairvoyance et de considération pour l'oeuvre de ses parents, leur fille  dépose même une "demande de destruction" (incluant le bâtiment voisin) pour pouvoir construire un immeuble à appartements.
Sous la pression de quelques défenseurs du patrimoine et après 4 ans de démarches administratives, la maison est enfin classée en 1975. 
Préservée in extremis de la voracité des pelleteuses…inoccupée et non entretenue, elle continue pourtant à se délabrer inexorablement.
Au cours d'une promenade au Parc du Cinquantenaire, le publicitaire bruxellois Guy Dessicy et son  épouse Léona sont révoltés par l'état lamentable de la maison.
Sur un coup de cœur, ils décident de sauver l'œuvre de Paul Cauchie de la ruine.
Après de laborieuses négociations, l'acte d'achat est signé en 1980.

Le nouveau propriétaire des lieux connaît Hergé depuis l'âge de 12 ans.
Au tout début de sa vie professionnelle il a travaillé dans son studio pendant 7 ans et des liens d'amitié se sont créés entre les deux hommes. Ensemble, ils envisagent d'y installer un musée Tintin mais, faute de pouvoir réunir les fonds nécessaires, le projet ne voit jamais le jour.
Guy Dessicy a décidément de la suite dans les idées puisque, quelques années plus tard, on le retrouve comme co-fondateur du Centre belge de la bande dessinée, installé en 1989 dans les Grands Magasins Waucquier (Autre témoin majeur de l'architecture du début du 20ème siècle, dessiné par Horta).
Dans la foulée, avec l'aide de son épouse, de ses cinq filles et d'artisans, il s'attèle à  ressusciter l'âme, l'esprit et le corps de la Maison Cauchie.



Ce défi aura nécessité 15 années d'obstination et de patients travaux menés avec amour et passion.
Une aventure exemplaire qui illustre parfaitement bien la devise figurant au fronton de la maison: "Par nous…pour nous"
Jipé
Publié dans le P'tit Journal - édition juillet 2012

N.B. Le "dessin" du sgraffite en têtière de l'article est réalisé à partir d'une photo d'origine de Christan Berthold: les couleurs d'origine ne sont pas respectées. Copyright Maison Cauchie-Christian Berthold

L'avez-vous déjà visitée?
Maison Cauchie : rue des Francs, 5  - 1040 Bruxelles (Parc du Cinquantenaire)
Ouverte au public:
uniquement le 1er week-end du mois - de 10h à 13h & de 14h à 17h30  (ou sur réservation pour les groupes)
Possibilité de location des lieux pour événements sur demande
Renseignements: 0032(0)2 733.86.84 - www.cauchie.be



Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Vos commentaires, suggestions, précisions ou corrections éventuelles sont toujours les bienvenus et nous y répondons avec plaisir.