Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons"

Bienvenue sur "Bruxelles-Bruxellons" et merci pour vos nombreuses visites venues de tous les coins du monde.
BRUXELLES D'ANTAN, D'AUJOURD'HUI ET DE DEMAIN
De coups de cœur en coups de gueule...l'histoire, le patrimoine, les anecdotes insolites, les petits secrets, les découvertes, les curiosités, les grands projets et les actualités qui rendent notre ville vivante, passionnante et attachante mais aussi parfois complètement surréaliste.

mercredi 27 mai 2015

Une histoire belgo-russe à la mode bruxelloise


Tsar Pierre le Grand en visite à Bruxelles en 1717 - Une histoire belgo-russe à la mode bruxelloise - Parc Royal - Bruxelles-Bruxellons

Comment le Tsar Pierre le Grand s'est-il retrouvé au Parc Royal de Bruxelles ?

Avant de le savoir, un petit retour en arrière dans l'histoire s'impose...plus précisément de la fin du XVIIe au début du XVIIIe siècle...
Piotr Alekseïevitch Romanov est né en 1672 à Moscou.
Il a à peine 10 ans lorsque, à la mort de son père, il est proclamé "Tsar" en même temps que son demi-frère Ivan V (1682).
Il n'a que 17 ans lorsqu'il se débarrasse de la tutelle de la Régente (Sophia la soeur d'Ivan qui complotait contre lui).  Pierre et Yvan la force à se retirer dans un couvent (1689).
Conscient de son manque de maturité et souhaitant profiter pleinement des plaisirs d'une jeunesse débridée (pour ne pas dire "débauchée"), il remet aussitôt le pouvoir entre les mains de sa mère.
S'ensuit une "parenthèse" de 5 ans, déterminante pour la suite de son règne. Curieux de tout, il parcourt le pays en tout sens. Des amitiés liées avec des Russes de tous horizons et des étrangers résidant dans le pays (d'origine suisse, hollandaise et française)  lui ouvrent l'esprit sur d'autres cultures. Ses compagnons de route l'initient aussi aux arts de la guerre, de la navigation et aux nouvelles technologies. Certains d'entre eux constitueront ce noyau fidèle et dévoué de conseillers, de ministres et de généraux 'non issus du sérail" sur lequel il pourra compter pour lutter contre les intrigues de cour et les nombreux complots.
Lorsqu'il reprend le pouvoir en 1694, il n'a que 22 ans et...il est seul (Son demi-frère Ivan est devenu invalide et décède deux ans plus tard)...mais il a acquis une vision très claire de l'avenir qu'il souhaite donner à son pays.
Tout en menant des guerres d'expansions territoriales (notamment pour donner à la Russie des accès à la mer et "pour combattre le barbarisme asiatique"), le jeune Pierre 1er n'a de cesse de renforcer son pouvoir autocratique. En s'appuyant sur une police et une armée fortes, c'est d'une main de fer (souvent tachée de sang) qu'il réforme en profondeur l'administration du pays et la noblesse.
Le tsar, désormais tout puissant, rêve aussi d'européaniser la Russie et de l'ouvrir vers l'occident.
La fondation de Saint-Pétersbourg, sur le littoral de la mer Baltique en est la démonstration la plus éclatante. Avec son urbanisme et son architecture inspirée des grandes capitales occidentales, la  ville devient la nouvelle et prestigieuse capitale des tsars en 1715.
C'est aussi à cette époque que Pierre le Grand entame une grande tournée promotionnelle des Cours européennes (la "Grande Ambassade") pour mieux faire connaître son empire naissant et susciter des alliances.
Une grande première et presque une "révolution"...puisque, depuis 6 siècles, aucun tsar n'a jamais quitté le territoire russe...

Tsar Pierre le Grand en visite à Bruxelles en 1717 - Une histoire belgo-russe à la mode bruxelloise -  Palais ducal du Coudenberg détruit par un incendie en 1731 - Bruxelles-Bruxellons

Le 16 avril 1717, il est l'invité d'honneur du Palais ducal à Bruxelles

La réception bat son plein et l'ambiance entre "gens de bonne compagnie" est particulièrement festive.
Après un généreux repas, copieusement arrosé, tout tsar qu'il soit, Pierre le Grand est comme vous et moi; il ressent le besoin de faire pipi et de prendre un bon bol d'air pour se rafraîchir les idées.
Une carafe de vin à la main, il quitte le Palais pour une promenade digestive dans la "Warande" (*) (jardins et réserve à gibier) . .
Au détour d'un chemin, le bruissement rafraîchissant de l'eau jaillissant d'une source naturelle le retient un instant...
Les plus "poétiques" affirment que, selon une tradition antique, il  aurait versé son vin dans l'eau de la source pour l'anoblir.
Les plus "prosaïques" racontent qu'il l'aurait moins dignement honorée en régurgitant son repas mal digéré dans la vasque de la fontaine.
Toujours est-il que, même si les versions de cette petite histoire divergent, l'anecdote n'en est pas moins authentique.


(*) L'actuel "Parc Royal" de Bruxelles ne sera créé à cet emplacement que 60 ans plus tard

Petit détour de l'histoire par la ville de Spa

Tsar Pierre le Grand en cure à Spa - "Une cure d'eau de Spa soigne les abus de vodka"  - Pavillon Pouhon - Pierre le Grand - Bruxelles-Bruxellons

Le tsar apprécie aussi les "eaux belges"

Durant l'été de cette même année, on retrouve Pierre le Grand en séjour à Spa pour six semaines de cure sur les conseils de ses médecins.
Il semble que les vertus curatives des eaux de la station thermale aient parfaitement soulagé ses maux, dus au poids des années qui s'accumulent (47 ans) mais probablement aussi aux excès de vodka et de "bonne chère".
En témoignage de reconnaissance, il lui offre sa "carte de visite" : une stèle gravée en marbre noir de Theux surmonté d'un médaillon en albâtre décoré aux armes impériales. qui a été soigneusement conservée.
Excellent "agent commercial" (Le caviar lui doit une bonne part de sa notoriété internationale), il contribue  aussi  largement à la prospérité future de la ville d'eau, en faisant sa "pub" auprès de la haute société européenne.
C'est au tour de la ville de Spa de le remercier en donnant son nom à sa source d'eau ferrugineuse la plus réputée. Plus d'un siècle et demi plus tard, elle lui dédie le pavillon Pouhon, construit en 1880 pour abriter la célèbre source qui débite toujours plus de 20.000 litres par jour. 
Classé aux monuments historiques en 1991, le superbe édifice a bénéficié d'une miraculeuse cure de jouvence (six ans de travaux de 2006 à 2012 et 5 millions d'euros investis).
De là-haut, Pierre le Grand a dû observer tout cela d'un regard amusé et nostalgique...



Retour à Bruxelles....

Après cette escapade spadoise, revenons dans notre capitale car tout cela ne nous dit pas comment son buste a échoué dans les "bas-fonds" du Parc Royal.
Nous sommes maintenant à la moitié du XIXe siècle.
Le prince russe Denidoff vit à Bruxelles depuis deux ans. 

En 1854, à la fois pour remercier les Bruxellois de leur hospitalité et en mémoire de ce séjour du tsar dans la capitale, il offre un buste en bronze de Pierre le Grand à la ville, sous condition qu'il soit installé à l'emplacement de la fameuse source.
Si, initialement, sa volonté est bien respectée, par la suite, sans qu'on sache pour quelle obscure raison, la sculpture est déplacée en contrebas du parc et laissée quasiment à l'abandon le long d'un chemin discret peu fréquenté par les promeneurs. Le socle a même été brisé en trois morceaux.


Tsar Pierre le Grand en visite à Bruxelles - Une histoire belgo-russe à la mode bruxelloise - Le buste du Tsar kidnappé au Parc Royal et retenu en otage (1994) - Bruxelles-Bruxellons

Pierre le Grand kidnappé et pris en otage.

Notre petite histoire se rapproche à grand pas de l'époque contemporaine.
En 1994, coup de théâtre, le buste est kidnappé et retenu en otage durant un an par son ravisseur. 
Exige-t-il une rançon à son profit ? 
Point du tout, un noble russe résidant dans la capitale a tout simplement été scandalisé par la manière dont les Bruxellois traitaient le "Père de la Russie moderne" et il veut leur donner une leçon de savoir-vivre. En échange de la restitution, il exige que le buste retrouve un emplacement digne du rôle historique du personnage. 
Pierre le Grand est bien revenu au Parc Royal...
Mais Bruxelles n'a pas compris la leçon !
Replacé sur son socle à l'envers, victime de tags et criblé de plombs, le tsar fait toujours grise et triste mine dans son coin. 
Est-ce ainsi que l'on respecte un cadeau princier ?
Jipé 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vos commentaires, suggestions, précisions ou corrections éventuelles sont toujours les bienvenus et nous y répondons avec plaisir.